Publié le 19 Décembre 2018 par Jean-Marc Couffin

Le Cuisinier et le Livre de Recettes

J’aurais pu titrer l’article, le magicien et son grimoire ou encore le curé et sa bible, mais que voulez-vous, un architecte, par essence ou par formation, ça aime la bonne chair, et comme Noël approche, je me suis dit que j’allais emprunter cette analogie pour vous aider avec les cadeaux.

Je vous donne déjà mon meilleur conseil, n’offrez pas un livre de recettes si vous n’êtes pas un bon cuisinier  vous-même ou si vous n’avez pas écrit ces recettes.

Je vais, tout de même, vous conter brièvement mon histoire :

L’année dernière, je suis allé dans un restaurant étoilé avec ma moitié. Nous aimons tous les deux la bonne chair, préparer ce que nous mangeons et buvons. Le lieu était somme toute assez inintéressant du point du vue architectural, mais la cuisine était divine. J’ai pris un magret de canard mariné au gingembre cuit sous-vide avec une purée à tomber et des carottes anciennes saisies divinement qui me feraient (presque) devenir végétarien. Ma mie s’est offert un carré d’agneau tout aussi traditionnel et créatif.

Noël arrive, je cherche un cadeau pour la femme de ma vie. Elle m’a plusieurs fois reparlé de ce repas, de cet agneau. Par chance, heureux hasard du calendrier commercial du cuisinier propriétaire de ce restaurant, un livre est édité avec ses meilleures recettes, dont celle du carré d’agneau. Le temps de le dire, le cadeau est commandé.

  • Noël. Il est offert.
  • Janvier, première tentative de la recette. Gros ratage. Ce livre est nul, ou bien nous sommes nul en cuisine, mettons le blâme sur les instructions, c’est plus facile.
  • Mars, Rebelote.
  • Juin, le livre part à la poubelle.

Moralité de l’histoire ou analyse de la situation

  • Les instructions, on les a.
  • Les bons ingrédients, idem (en tous cas ce que l’on a trouvé de mieux).
  • Les outils, pareil (mais en amateur).
  • La compréhension de la recette : elle est en français assez commun, donc a priori, on est couvert.

Une minute. C’est peut-être là le problème. Cette recette est rédigée par un grand, un vrai, un bon cuisinier. Cela ne nous garantit pas la réussite de SON plat, pas sans son accompagnement minutieux et sa capacité à s’adapter aux conditions réelles (ingrédients, outils, timing…) pour en garantir le succès.

La recette, oui, on l’a. Ses compétences, non.

Ce Noël, le cadeau sera un chef à la maison et un carré d’agneau !

Vous l'aurez compris, si cela est vrai pour un carré d'agneau, alors imaginez pour un déploiement organisationnel du BIM ou un accompagnement de projet... Et cela sans compter sur le fait que depuis, ce chef aura probablement de nouveaux plats à nous proposer, dont les recettes ne sont pas encore sorties. Pour résumer:

C'est une chose d'avoir la recette, c'est mieux d'avoir l'expert!

Tous nos gestionnaires et spécialistes sont d'excellents cuisiniers... experts!


Jean-Marc Couffin
Spécialiste BIM