Quatre éléments indispensables à considérer lors de la création d’un plan d’exécution BIM (PEB)

Publié le 16 Octobre 2018 par Vincent Carignan
Catégorie: Stratégie

Quatre éléments indispensables à considérer lors de la création d’un plan d’exécution BIM (PEB)

L’approche proposée dans ce billet est celle développée par BIM One dans le cadre de mandats d’implantation du BIM pour plusieurs donneurs d’ouvrage. Pour limiter toute confusion et considérant la multitude d’interprétations existantes de la nature des plan de gestion BIM et des plans d’exécution BIM, une clarification sur les termes utilisés s’impose.

Axée sur les informations à livrer, cette approche propose que le plan de gestion BIM regroupe les requis client et est essentiellement prescriptif, alors que le plan d’exécution BIM, plus descriptif, comporte la proposition des fournisseurs en réponse aux requis du PGB. La façon de répondre (sous forme de processus, par exemple) est ainsi laissée à la discrétion des fournisseurs.

La figure ci-haut illustre le cas d’un projet réalisé en mode conception, soumission, construction. Dans un mode de réalisation plus collaboratif, il pourrait n’y avoir qu’un seul PEB.

La transition numérique apporte beaucoup de nouveaux défis, autant en termes de collaboration inter-firmes qu’en termes d’organisation du travail. Certains de ces défis sont gérables au sein même des entreprises, comme par exemple la montée en compétences BIM, d’autres sont plutôt hors de la portée de l’entreprise moyenne, comme tout changement législatif en lien avec la transition.

Alors que certains d’entre nous se questionnent beaucoup sur les gros problèmes -sur la meilleure façon de manger l'éléphant- faudrait-il déjà savoir que c’est à un pachyderme que nous avons affaire. À l’image de la parabole indienne, nous avons la fâcheuse habitude, comme industrie, de ne considérer que notre contexte immédiat en déployant le BIM. Cette déformation professionnelle peut nous cantonner à une vision réduite de l’ensemble de la réalité. Comme nous le savons, dans notre industrie organisée par projets collaboratifs, une bonne compréhension des façons de faire de ses partenaires participe directement à la livraison d’un produit final de qualité.

Le plan d’exécution BIM (PEB) permet de formaliser la compréhension mutuelle des partenaires d’un projet afin qu’ils s’entendent sur une façon commune d’aborder l’éléphant que peut représenter un projet BIM. Présentant au donneur d’ouvrage la façon dont l’équipe compte rencontrer ses obligations BIM, le PEB est aussi un outil devant permettre à l’équipe de projet de maintenir le cap sur les objectifs BIM tout en définissant l’étendue des mécanismes contrôle qualité nécessaires.

Malheureusement, le flou existant autour des relations entre les responsabilité de gestion de projet et de gestion BIM, rarement partagées par les mêmes individus, mène trop souvent à la création de plans d’exécution BIM qui ne permettent pas… l’exécution BIM du projet!

Voici donc quatres pistes de réflexions, basées sur notre expérience en projet et en implantation, qui peuvent aider à créer et maintenir un PEB exploitable et réaliste.

1. Exploiter la richesse des perspectives

Un PEB doit être rédigé collectivement. La rédaction est trop souvent laissée uniquement au personnel de production BIM. Le PEB n’est pas un document purement dédié à la production: il contient plutôt toute l’information nécessaire à la gestion du projet BIM. Processus de collaboration, d’échange d’informations, de contrôle qualité… l’implication du chargé de projet est essentielle afin que le PEB soit un reflet de la réalité de la firme!

En plus d’être rédigé collectivement au sein des entreprises, le PEB devrait idéalement être rédigé avec l’apport des autres partenaires du projet. La livraison d’un projet nécessite au mieux une active collaboration entre les partenaires… ou au minimum l’échange d’une grande quantité d’informations! Comprendre comment notre partenaire utilise ce que nous lui envoyons est crucial si nous voulons optimiser notre production et éviter la production d’informations qui ne sera utile à personne.

2. Intégrer le PEB dans sa routine de projet

Le PEB doit être un outil auquel font couramment référence les équipes de projet pour s’assurer de livrer un ensemble d’informations de qualité. Comme pour tout nouvel outil, il est nécessaire de développer une routine d’utilisation en l’intégrant dans ses habitudes de projet. La création de fiches de validation pour certaines étapes clés du projet peut aider à synthétiser l’information à vérifier tout en allégeant l’utilisation du PEB, facilitant ainsi son intégration dans les processus existants.

3. Encadrer l’utilisation

Le PEB encadre les processus de création et d’utilisation de l’information de projet. Mais qu’est-ce qui encadre l’utilisation du PEB? Le succès de l’implantation d’un nouvel outil passe par la responsabilisation de l’équipe par rapport à son utilisation. Définir qui est responsable dans l’entreprise de faire le suivi de l’utilisation effective dans les projets et qui est la ressource au sein de l’entreprise vers qui se tourner en cas de doute est tout aussi primordial.

4. Recevoir et apprécier la critique

Une des choses les plus importante, c’est aussi de se lancer même si tout n’est pas parfait du premier coup. L’apprentissage par itération, si elle est bien encadrée et explicite au sein de l’équipe, permet d’avoir de meilleures discussions sur comment est réellement utilisé le contenu du PEB et sur comment il pourrait être amélioré. La recette miracle n’existe pas, le contexte et la maturité des marchés influence encore beaucoup la façon dont les professionnels de la construction travaillent, donc il ne faut pas hésiter à questionner et se questionner.

Vous avez des questions, ou aimeriez aller plus loin dans votre démarche? Regardons ensemble comment nous pouvons vous aider.


Vincent Carignan
Spécialiste BIM

En cliquant sur Envoyer, je reconnais avoir lu et accepté la politique de confidentialité.